Accompagnement du deuil

Accompagnement de deuil chez Psychologue Bruxelles

« La peine d’un adieu »

Le deuil est un processus qui aide à vivre avec le chagrin et à le surmonter à la longue.

La perte d’un être cher engendre un processus de deuil. Le deuil c’est l’acceptation du chagrin, c’est apprendre à vivre avec et réussir à le gérer.

L’accompagnement de deuil chez Psychologue Bruxelles

« Perdre » est très éprouvant émotionnellement, en fonction de l’importance de cette perte.

Lorsque le processus naturel du deuil, peu importe la raison, est perturbé, un accompagnement dans le processus de deuil peut devenir nécessaire car faire face seul devient impossible.

L’accompagnement de Psychologue Bruxelles consiste à “donner une place” à la perte dans la vie de tous les jours. Et aussi aux conséquences qui en résultent. “Donner une place” ne veut pas dire être d’accord avec ce qui s’est passé. Cela signifie modifier progressivement sa façon de penser et sa façon de vivre en y intégrant la perte et ses conséquences. Afin d’être à nouveau, à son rythme, capable de retrouver le goût et l’envie de vivre.

Quel genre de perte ?

L orsque nous parlons de perte, nous pensons souvent au décès d’un être cher. Mais un divorce, le fait de rester sans enfants, ou perdre son emploi après un accident, tout cela peut être très éprouvant. Tellement éprouvant que, seul, vous n’arriverez pas à vous en sortir. Dans un tel cas, vous avez besoin d’être aidé, d’être accompagné.

Les conséquences d’une perte

Sur le plan physique
La perte provoque non seulement un grand chagrin et de la confusion mais également de la fatigue. Faire son deuil est un travail énorme et demande énormément d’énergie. Cela explique pourquoi les gens en deuil sont tellement fatigués qu’ils n’arrivent plus à vivre normalement. Très souvent des troubles physiques se développent, comme la perte d’appétit ou les maux au ventre et de tête.

Sur le plan émotionnel
Les gens qui sont en deuil peuvent éprouver un sentiment de culpabilité, ou de rage, ou de très fort chagrin, ressentir une grande incertitude ou de fortes angoisses.

Sur le plan social
Une conséquence sociale d’une perte peut être de se renfermer sur soi-même, de ne plus avoir de relations affectives ni sexuelles. Il se peut aussi que vous vous révoltiez et deveniez agressif envers les autres. Ou, au contraire, que vous vous attachiez trop, dans la peur de perdre les autres.

Une cicatrice fragile

F aire son deuil demande beaucoup de temps et d’énergie. C’est un processus très intense et douloureux. Si tout se passe bien, ce processus peut être quelque chose d’enrichissant. Est-ce que le temps guérit toutes les plaies? Non, tout au contraire. Le temps, en lui même, ne les guérit pas. Même si la blessure ne saigne plus, la cicatrice est fragile, elle peut se rouvrir, lors d’un anniversaire, d’une nouvelle perte, d’un passage à vide. Mais l’important est de laisser le temps faire son œuvre.

Accepter le chagrin ne se fait pas tout seul

F aire son deuil est une combinaison entre être activement et être passivement occupé à l’acceptation d’une perte. En plus de ressentir passivement la perte, il est important également, dans ce processus de deuil, d’entreprendre et de vouloir être actif dans la vie de tous les jours.

En résumé, le processus de deuil consiste en quatre étapes

1. Accepter la réalité de la perte.
2. Accepter la douleur qui accompagne cette perte.
3. Apprendre à se joindre à l’entourage sans la personne décédée.
4. Donner une nouvelle place à la personne décédée et réapprendre à aimer la vie.

Vous aves des doutes, des questions ?

Vous avez d’autres questions (notamment de savoir si l’on peut répondre à votre demande) ? Téléphonez au secrétariat pour prendre rendez-vous ou envoyez un email au secrétariat du cabinet à l’attention de Caroline Rusabana